L'orbe de la danse

    L'orbe de la danse

Elle remue les airs, elle tourne en feu
sa propre douceur: le froid
va à la frayeur et l'éclat
est emporté en musique. Personne
ne respire, personne ne pense et seulement
le flottement des regards
luit comme une chevelure,
Dans la salle, murmure le marbre
son ordre recouvré, gémit
le fleuve de cendre et il couvre
les pistes et les habits et l'humidité.
Corps à survenir ou cime
en mouvement, son épitaphe
règne dans la pénombre et laisse
des chutes, des vagues qui ne dérangent pas.
Mortes d'opprobre, dans l'espace
somnolent les familles, tristes
comme le tricheur emprisonné,
et la femme adultère regrette
la charité d'un drap étranger.
Sous la lumière, la danseuse
rêve de disparaître.

Alí Chumacero
Traduction de Denys Bélanger


   Alí Chumacero    
English translation by Daniel Hoffman
Versión original

Incluido en Páginas de poesía mexicana.

Alí Chumacero